Loin de la ville : A Nam Hong

septembre 8, 2018 0 Par FollowMeM
8 septembre

Départ pour le village de Nam Hong dans la ville de Thong Nguyen province de Hoang Su Phi. Un village perdu dans la montagne au milieu des rochers et des rizières. Nos hôtes sont des Dzaos rouges, une ethnie portant des costumes traditionnels noirs et rouges.

Après 3h de route, Dien semblait un peu perdu. Nous nous sommes arrêtés devant le village de Pan Hou afin de demander notre chemin. C’est de là que nous avons pu prendre la magnifique photo de ce pont.

Nous avons contacté notre homestay. Dien a réussi à nous faire comprendre que les hôtes n’était pas encore là pour nous accueillir. Nous lui avons proposé d’aller manger en attendant (Oui on aime bien manger 😋). Il nous a donc emmené à Thong Nguyen dans un petit restaurant local.

Une fois le repas terminé, nous avons entrepris l’ascension de la montagne avec notre mini bus. La route est mauvaise, escarpée et très étroite.

Dien a très bien géré, il n’avait pas l’air plus stressé que celà, mais le moteur a bien chauffé. En général, les “foreigners” accèdent à ce homestay en faisant du trekking.

Une fois au homestay, nous avons été accueillis par Mr. Linh.
Il nous a indiqué l’unique chambre de 16 places dans laquelle était installé 4 lits séparés par des rideaux. Plus tard, deux lits sont venus s’ajouter pour deux vietnamiennes.

Après quelques minutes de repos, Mr. Linh nous a servi un café vietnamien et nous a conseillé d’aller faire un tour dans les environs. Nous avons chaussé nos baskets et pris la direction menant plus haut dans la montagne.

En marchant, nous avons rencontré une famille qui nous a invitées à nous asseoir avec eux. Parmi ces personnes, il y avait un guide francophone avec qui nous avons longuement discuté.

Ils nous ont montré comment ils retiraient l’écorce du riz grâce à leur mortier. Un système de balancier activé par l’eau s’écoulant de la montagne.

Une grande séance photo c’est alors improvisée avant une visite de leurs rizières.

Grâce aux conseils du guide, on a pu voir une maison traditionnelle de plus de 60 ans. Une fois devant la maison, nous avons été saluées par une mère tenant son fils dans ses bras.

Un peu plus haut, nous avons croisé une femme en train de cueillir du thé. Les salutations furent aussi chaleureuses.

Le soleil s’étant couché vers 18h, nous avons pris la direction du homestay.

A 19h, Linh a commencé à mettre la table pour 3 personnes. Nous avons alors proposé à Dien et à nos hôtes de se joindre à nous, ce qu’ils ont acceptés. Nous étions 8 à table, Mr. Linh, sa femme, leurs deux enfants, Dien et nous.
La femme de Linh cuisine très bien. Tout était super bon et un peu différent de ce que nous avions pu manger avant. Des soupes, des beignets, des nems, des légumes, des baies salées vietnamiennes, …

Nous avons pour la première fois bu le fameux alcool de riz vietnamien que Linh et Dien surnommaient “Happy Water”. Ils servent cet alcool dans des verres à shot qui se boit cul sec. L’alcool de riz était contenu dans une bouteille d’eau “LaVie”, que l’on trouve un peu partout au Vietnam.

Le nom de cette eau a été à l’origine de beaucoup de jeux de mots lors du dîner.

La bia (bière) a également coulé à flot. Si votre verre était vide, il ne le restait pas longtemps.
Ces boissons, “tsouk souk koué !” (chúc sức khỏe ! = santé !) et les “1, 2, 3 cul sec” ont fini par facilité la communication et par déclencher beaucoup de rires.
Nous avons passé un très bon moment.

Pour finir la soirée, Mr. Linh nous a proposé d’aller voir l’entraînement de danse des femmes du village dans une maison un peu plus haut. Les femmes apprennaient une chorégraphie sur une musique traditionnelle, c’était un peu fouillis au début mais tellement sympa. Marie a fini par faire la chorégraphie avec elles, ce qui n’a rien arrangé 😂.

Cette fin de journée restera surement un de nos meilleurs moments passés ici.